Dans la mare aux Tritons

25 août 2016

Un semi pour mes 20 ans

Evidemment que je n'ai pas 20 ans (quoique dans la tête...)

Mais ça fait 20 ans que je cours! Si si! J'ai commencé par les cross au collège.

Il y a eu quelques pauses évidemment, mais l'idée n'est pas de vous raconter ma vie depuis le collège, plutôt le semi de Nouméa! Mon 2ème semi. Le 1er c'était à Pont-l'Abbé, j'en étais ressortie contente de mon chrono, 1H59, mais j'avais trouvé ça trop chiant par rapport aux trails. Là je ne sais pas pourquoi j'ai eu envie de réessayer. Quand tu es coureur en Nouvelle-Calédonie, tu vas t'entrainer sur la promenade Pierre Vernier à Nouméa. The place to be du runner! Tu mets ta plus belle tenue, tes plus belles baskets. Si t'es un mec tu gonfle les pecs, et roule ma poule! Comment je caricature!!!!!! Mais c'est l'image que nous, trailers broussards, on a de ce bout de bitume en bord de mer. Et quand tu es parent de p'tits broussards tu te dois de faire la promenade à chaque descente à "la capitale" pour que tes petits skaters et patineurs s'amusent ailleurs que dans la rue devant leur maison de brousse. Et c'est là que les vois ces runners nouméens ;-)

Bref, j'habite en Nouvelle-Calédonie, je suis coureuse, et je n'ai JAMAIS couru sur la promenade Pierre Vernier. Honte à moi!!!! Il fallait donc y remédier.

Quelques jours à Nouméa pour magasiner, boire des apéro avec les copines, visiter le musée maritime (génial ce musée!), et passer des heures au skatepark. Le dimanche c'est semi! J'avoue qu'après ces quelques jours de malbouffe (pain au chocolat, pizza tarte au citron meringuée, un verre de rosé et crêpes, et encore j'ai fais faux bond à ma p'tite famille pour le fastfood) je n'étais plus très rassurée quant à ma capacité à battre mon record. L'idée c'était de boucler ce semi en moins d'1H55. Rien de très ambitieux, mais quand on ne cours sur route que tous les 2 ans, on ne peut pas non plus rêver à une perf de fou!

Bref, dimanche matin après une petite nuit (comme les précédentes), réveil à 4H, p'tit dèj, ect... Mr Triton me dépose au départ de la course à 6H30. On observe les autres coureurs... Plein de japonais, des gabarits impressionnants, des nénettes super bien gaulées en brassière (alors que ça caille, c'est l'hiver!),... J'en vois une qui a des cuisses hyper musclées, je dis à Mr Triton qu'elle va me mettre une pilée celle-là!

Je trotine un peu. L'air se réchauffe, il ne fait plus si froid. Je sens que mes jambes vont bien, bonne nouvelle!

7H, c'est parti!

Parcours_2016

phoca_thumb_l_img_5958

phoca_thumb_l_dsc_2193

Ca commence très tranquillement, faut dire que je me suis mise bien à l'arrière de peur que ça ne parte trop vite. Je double donc pas mal, je ne dois pas attendre 2Km pour me mettre à courir à 11.5Km/H. D'ailleurs, j'avais oublié ma montre à Bourail, la bourde! Heureusement que Perrine, ma co-équipière de Transcal m'a prêté la sienne. Autant en trail je n'en ai pas besoin, là il fallait que je tienne l'allure.

Ca avance, je me sens bien. Grand soleil, pas de vent, la mer est belle!

Y'a pas grand chose à raconter pour un semi en fait. Juste que notre parcours est constitué d'aller-retour, donc on croise les 1ers qui vont à une allure impressionnante! D'habitude je ne les vois pas eux, ils sont loin devant. Et puis ça me permet aussi de me rendre compte qu'il y a du monde derrière moi, ça fait toujours du bien au moral.

On a passé toute la baie de citrons, il y a des spectateurs qui nous encouragent, c'est sympa! Je suis partie sans eau, donc je dois m'arrêter boire un verre à chaque ravito. Sur le 1er je prends 3 abricots secs, ça me fera toute ma course. Et là pas question de trainer et discuter au ravito comme je le fais en trail. Ca me fait bizarre!

phoca_thumb_l_3a9a7678

Arrive la montée du Chateau Royal. En voiture elle semble mini, mais en fait elle case bien les jambes. Je pousse dessus pour ne pas marcher. Dur dur! Il y en aura une 2ème plus loin, mais elle passe mieux celle-là.

Puis la promenade Pierre Vernier, je sais qu'on doit faire demi-tour à un endroit, mais où? Ca me paraît loin! J'entends quelqu'un qui hurle mon prénom d'une voiture, je fais coucou, ça fait plaisir, et c'était assez improbable vu le peu de personne que je connais à Nouméa. Je passe le Km10 en 52min. Parfait! Je regrette presque de ne pas m'être inscrite sur le 10Km. J'aurais pu le faire en moins de 50min.

Demi tour. On refait le même trajet dans l'autre sens. Et là je prends un coup au moral, je me dis que ça va être super long. C'est le même paysage. Je sors ma musique, mais j'ai du mal à me concentrer dessus, je ne l'entends pas vraiment. Je regarde mon allure, je veille à ne pas trop ralentir, même si je commence sérieusement à avoir mal aux jambes. J'ai travaillé ma foulée ces dernières semaines, alors je me concentre dessus pour ne pas ralentir. "Aie du rythme!" je pense à cette vidéo dès que je sens que je commence à trainer, et ça relance. Je croise la nénette avec les méga cuisses. Non???? Elle est bien derrière moi! Incroyable! Ca remonte le moral!

Pour le retour ils nous font faire des détours pour ne pas avoir les côtes. C'est sympa parce que j'ai bien mal aux mollets, même à un genou. C'est vraiment impitoyable la route!

Je vois le panneau 40. Quoi???? Ca veut dire qu'il ne reste que 2Km???? Je vérifie sur la montre. C'est bien ça! Et ça fait 1H41 que je suis partie. Mon objectif est réalisable! Je dois accélérer. Mais là on descend sur le parking du Méridien, et même cette mini descente me fait très mal aux jambes. Je prends un cachet de sporténine, pas moyen que j'ai des crampes si près du but! Ensuite mini montée, je me dis qu'après ça descend et que c'est l'arrivée, je vais accélérer. Mais là encore les jambes ne suivent pas. J'ai aussi très mal aux pieds. Je m'arrache, mais je n'ai pas l'impression d'aller beaucoup plus vite qu'avant. L'hippodrome est là! Je rentre dedans, je vois la ligne et surtout le chrono au-dessus de l'arche: 1H53!!!!!!!! Yes! Je suis trop heureuse! Ca se voit non?

21 aout 2016 (15)

21 aout 2016 (3)

21 aout 2016 (16)

14ème sénior fille, 192ème sur 365 arrivants.

Une p'tite douche et on retourne à l'hippodrome pour la course des enfants.

phoca_thumb_l_img_7983

Chounette a 1.5Km à faire

phoca_thumb_l_dsc_2862

21 aout 2016 (9)

Elle arrive en même temps qu'un marathonien

21 aout 2016 (10)

Titou arrive 3ème de son parcours de 2Km

21 aout 2016 (11)

21 aout 2016 (12)

21 aout 2016 (14)

C'était un bon dimanche à Nouméa!

Posté par triton7 à 04:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


16 août 2016

Sortie pour le plaisir

Parce qu'il y a des moments où tu en as marre de courir sur la route et le stade.

Parce qu'il y a des moments où tu as envie d'être seule et au calme.

Parce qu'admirer le lagon "d'en haut" c'est toujours magique!

Parce que tu es à J-8 de courir presque 2H sur du bitume, et qu'il faut bien avouer que ça a un côté flippant...

Si il faut trouver des raisons à ma sortie de samedi, se sont celles-là!

Et comme c'était une sortie (presque) parfaite j'ai bien envie de la partager avec vous (le monde entier!!!!! sait-on jamais...)

 

Direction Deva! Mon terrain de jeux préféré, pas loin de chez moi. Souvent quand je rentre dans le domaine je ne sais même pas encore quel circuit je vais faire.

Il y a le plat autour du marais Fournier, mais c'est dans ces racines que je me suis fait mon entorse à la cheville fin avril dernier. Depuis j'en ai un peu peur.

Il y a le Oua Koué, on y monte souvent avec les enfants prendre le gouter, ou pour les apéros full moon. Environ 130m d'altitude.

Mon préféré le Bo Areredi. Même altitude environ, mais une seule montée. Pas comme le tour du Oua Koué qui fait cumuler plus de 300m de dénivelé positif sur ses 5Km500.

Il y a aussi les pistes VTT, moins de dénivelé et je ne me sens pas à ma place à y courir, j'ai peur de me prendre un vélo. Je ne les fais donc jamais le week-end.

Là je choisi de faire une partie du sentier des géants (autour du marais Fournier) qui va me mener sur le circuit du Bo Areredi.

Pas de montre parce qu'elle me stress! Je ne sais donc pas combien de temps j'ai mis à faire ça, ni combien de Km. Rien à faire! Je voulais juste me faire plaisir!

Ca commence par la savane à niaoulis

DSCF5696

Je vais aller là-haut!

DSCF5698

Un p'tit détour par l'observatoire ornithologique

DSCF5699

Parce que j'adore courir sur le p'tit pont de bois!

DSCF5700

Puis je rejoins le Bo Areredi. Je suis en plein soleil, on a beau être en hiver, il n'y a pas de vent alors il fait bien chaud. Il faisait 30°C quand je suis partie de chez moi, mais je pensais qu'en bord de mer il aurait fait plus frais avec le vent.

Je me traine, je suis essouflée. Je m'arrête un peu à l'ombre du banian, ça me rafraîchit.

DSCF5702

C'est parti pour la montée!

DSCF5703

Certains cherchent les Pokemon pendant leur run, moi j'ai ramassé des coquilles d'escargots vides pour une future activité avec mes bébés.

DSCF5704

DSCF5705

Et au détour d'un virage... Le turquoise qui saute aux yeux!

DSCF5706

DSCF5707

DSCF5708

Il est pas beau ce terrain de jeux???

DSCF5710

Ho! Le marais Fournier!

DSCF5711

Pause...

Et c'est la descente!

DSCF5712

DSCF5713

J'adore ce passage! Je le prends en photo à chaque fois. On a l'impression qu'on va sauter dans la faille aux sharks.

DSCF5714

Et me voici de retour sur le sentier des géants!

Dans la forêt sèche

DSCF5715

DSCF5716

Les fameuses racines au sol... Je fais attention...

DSCF5718

Encore un p'tit pont!

DSCF5719

Retour par la savane à niaoulis

C'était vraiment une belle sortie!

 

Posté par triton7 à 05:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

08 août 2016

Raid de Gouaro - 2ème

J'ai participé à mon 2ème raid de Gouaro.

Même parcours que l'année dernière, avec 1Km et 100m D+ en moins. Comme c'est chez nous, on n'allait pas faire l'impasse.

13754075_489261081280049_3241831898850678402_n

18Km, 700 et quelques mètres D+ pour moi.

9.5Km, 350m D+ pour Titou et Mr Triton.

13782040_489261084613382_9076783551685946302_n

On récupère les dossards au niveau de l'arrivée, et on prend ensuite une navette pour rejoindre le départ. Là il faut trouver un endroit pour le pipi de la peur comme l'appelle si bien Gwen! On repère une petite mise à l'eau avec autre une fille. Derrière se sera parfait! Quiche comme je suis j'arrive à glisser sur les cailloux et a finir les pieds dans l'eau. Un peu plus et c'était les fesses! Ca c'est fait! Mes chaussures pèsent déjà 1Kg chacune, bien joué!

C'est vraiment la plus belle ligne de départ du monde hein!

7 aout 2016 (2)

On retrouve un copain, on papote.

Titou et Mr Triton font le départ avec nous. Titou part pleine balle! Il veut mettre Oswald minable lol Oswald c'est LE champion de Nouvelle-Calédonie, le gars qui gagne tout. On se marre et on papote bien, alors qu'on est en train de courir dans le sable... Malins les gars! Vince raconte sa cuite du samedi soir, moi que j'ai déjà des courbatures aux fesses à cause du kite de la veille. C'est pas gagné pour nous 2!

13902823_10209031965147619_1070928326040116027_n

Meryl, ma co-équipière de la Transcal va aussi prendre le départ du 9.5.

Après presque 2Km dans le sable, on attaque le sentier des 3 baies. Mon terrain d'entrainement! Je sais donc que je ne passe pas les montées en courant. Je marche, et j'ai bien mal aux fesses! En plus de ne pas boire d'alcool les jours précédents une course, il va falloir interdire le kite... Ca va devenir compliqué!

On bifurque dans les brousses, je ne vois déjà plus Vince.

Je me fais doubler pleine balle par une fille dans la descente. J'ai vraiment un problème avec les descentes!

On arrive près de la plage. L'année dernière on était passé sur les cailloux plats et glissants. Je n'avais pas du tout aimé ce passage. Cette année il y a trop de houle, c'est trop dangereux, ils nous ont dévié le parcours.

13873209_493022124237278_546080525813505089_n

Les photos du photographe officiel.

Les garçons sont passés au même endroit, mais ils sont partis 30min après moi.

13882155_493024020903755_689483696351415808_n

13902554_493024097570414_402452306775794985_n

On arrive à la tribu de Gouaro, et là personne! Je pensais qu'on aurait quelques aplaudissements à cet endroit. Je suis un peu déçue.

1er ravito! 6Km

Déjà!!!!! On me dit que je suis 5ème féminine et que les 5 1ères sont récompensées. Oui, mais le temps de papoter, de boire, de manger un quartier d'orange (elles sont trop trop bonnes les oranges ici!), je perds 2 places. On se marre bien avec les bénévoles du ravito!

On attaque la grande montée. J'avais le souvenir qu'elle passait bien, j'étais confiante, mais avec des courbatures aux fesses ça se complique carrément! Je papote avec 2 gars, on admire le paysage.

7 aout 2016 (3)

7 aout 2016 (5)

Le fameux Bonhomme de Bourail, tout au fond! On était là-bas tout à l'heure. Bon, ceux qui ne connaissent pas ne reconnaitront rien, mais je le dis quand même!

Et là une fille me double! Je lui dis que j'en avais déjà 2 à doubler, qu'elle ne m'aide pas du tout! Bon,je suis 8ème...

7 aout 2016 (6)

J'adore ce chemin! On a l'impression qu'on va plonger dans le lagon!

7 aout 2016 (7)

Ca redescent! Les 2 gars me lâchent complètement. Mais j'entends la fille qui cri. Qu'est-ce qui se passe? Elle vient de se faire une entorse à la cheville. Je m'arrête auprès d'elle. On appelle l'organisation pour que quelqu'un la récupère. Et là je prends un coup au moral. J'en ai fais une il y a 4 mois... C'est ma hantise! Je vais donc doucement dans la descente et je me fais encore doubler...

Ensuite on arrive sur de la piste, je peux dérouler et moins stresser.

7 aout 2016 (8)

Et voilà la fameuse montée!

J'avance doucement, toujours trop mal aux fesses! Je ratrappe un gars qui a bien du mal dans les montées. On papote (encore!!!! Si je papotais moins j'avancerai peut-être plus vite!)

7 aout 2016 (9)

7 aout 2016 (10)

Ca c'est la descente de l'autre côté. Plein de cailloux, ça glisse. Je ne l'aime pas! J'ai mis un temps fou à la descendre.

Ensuite j'ai l'impression de me trainer, je marche pas mal. Les faux plats ne passent même pas en courant. Je me dis que j'aurai dû faire le petit parcours avec Titou et Mr Triton, que je ne m'amuse pas ici, que ce n'est vraiment pas fun de faire 2 fois le même parcours.

Et puis le 2ème ravito. On nous l'avait annoncé à 12Km, mais les bénévoles nous disent qu'il nous reste 4Km. Ca me remonte le moral!

Je repars reboostée! D'autant plus qu'on retombe sur le parcours du 9.5, et qu'on double les derniers, ça fait toujours du bien au moral de doubler.

Dans une montée je me retrouve avec 4 filles, dont une qui fait la même course que moi. Elle me demande si ça va et me dit que je viens d'avoir un frisson aux jambes. Elle me dit que je dois manger. C'est vrai que j'ai peu manger. J'ai peur que ça me refasse le même coup qu'à Ponérihouen, où j'ai fais un malaise à l'arrivée. Je termine mes olives, et mange 2 abricots secs. C'est la dernière montée. Dernier ravito en haut, il y a beaucoup de vent, il fait super froid! Il ne reste qu'1.5Km, je ne m'arrête donc pas.

Ca descend, c'est de la piste facile. Je trace!

Je vois ma voiture, mes enfants, mon neveu, mon mari, tout le monde termine avec moi. Hélas je n'ai pas de photo de l'arrivée.

Voilà, j'ai bouclé mes 18Km en 2H50, je suis 42ème sur 72 partants.

Titou et Mr Triton ont fait une super perf eux! Ils ont couru pleine balle tout le long de leur 9.5Km, même dans les montées! J'ai bien fais de ne pas m'inscrire avec eux, je ne les aurai jamais suivi.

Ils terminent 7ème et 8ème au scratch, en 1H09. La classe!

Posté par triton7 à 05:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

05 juillet 2016

Transcal jour 2

4H, le groupe électrogène se met en marche, la lumière s'allume.

Nooooooooooooooon!!!!!!!!!!!! Je veux rester sous ma couette! Je veux dormir encore et encore et encore! J'ai dormi comme un bébé, mais ça ne doit pas être assez. Et puis il fait si froid dehors, je ne peux pas sortir!

Je ne dois pas être la seule à penser ça, car contrairement à hier matin où tout le monde est sorti de sa tente dès le démarage du groupe, là il n'y a pas un bruit. Au bout de 10-15min j'entends les 1ers zip des tentes qui se relèvent, les 1ers bruits. Faut vraiment que je ne me motive!

Meryl, t'es réveillée???????? Oui, elle se lève, même si elle a bien du mal aussi.

Les courbatures sont belle et bien présentes. Comment on va faire pour courir tout à l'heure???

On retrouve Perrine, elle boîte, elle ne peut pas repartir. Grosse déception, mais on s'y attendait. C'était déjà énorme qu'elle termine hier!

On va prendre notre p'tit dèj toutes les 3. J'ai super mal à la gorge, ça me brûle dès que je tousse. Il fait vraiment trop froid!

Je ne suis vraiment pas motivée. Meryl l'est, elle. Alors je me bouge! Je vais y aller, pour elle, pour Perrine!

Jour 2 (12)

Mais, ils ne nous ont pas donné 2 dossards???? Il est tout sale celui-là!

Et les baskets? Elles sont trempées de la veille! Et les bas de mémé aussi! C'est froid! Mais comme ça le choc sera moindre quand on passera dans la rivière. Faut voir le côté positif!

On fait les malignes au départ pour se donner du courage! Heureusement il y a une super ambiance. Aujourd'hui, partent avec nous les coureurs de la Transdécouverte. Ils sont tout frais, surmotivés. Finalement je suis contente d'être là!

Jour 2 départ

C'est parti!

Les 1ers mètres sont dur, les jambes sont tendues, lourdes. Et toujours ce froid! J'ai super mal à la gorge. Allé, ça va chauffer et ça ira mieux!

Jour 2 (1)

La fameuse rivière! On rigole, le cameraman nous demande si personne ne voudrait tomber.

Gros bouchon après cette rivière, on attend notre tour les pieds dans l'eau. Ca ne chauffe toujours pas...

Jour 2 (2)

La 1ère montée. Je la redoutais vraiment. Elle est dès le début du parcours, je savais que je ne serais pas encore échauffée. Je me fait doubler. Meryl avance a fond devant. Elle doit s'arrêter pour m'attendre. J'avance lentement mais j'avance.

Il est superbe ce levé de soleil.

Jour 2 (4)

Je me traine, mais je n'ai pas trop mal cuisses. Ca passe!

Mais la descente ensuite! Aïe! C'est de la torture. Là j'ai super mal!

Et on nous avait annoncé du dévers, je n'aime pas ça du tout. Avec mes chevilles peu stables je ne suis pas à l'aise sur ces pentes. Et là y'en a du dévers! Et des cailloux, encore et toujours...

Je me fais doubler, encore et toujours...

Meryl m'attend. La pauvre, je me traine vraiment!

Jour 2 (6)

13528378_10208757780693179_3735488034464134786_o

Là on peut courir un peu. Ca fait du bien!

Je raconte l'histoire du dahu à Meryl, il n'existe pas cet animal en Calédonie.

Jour 2 (8)

Mais dès que ça descend, même légèrement, je souffre. Les muscles de mes cuisses sont vraiment à bout. Je songe à la montée qui nous attend après le PC1, la plus dure de la journée, et surtout la descente ensuite. Ca me fait vraiment peur!

Et là Meryl attrape une branche pour se retenir, elle hurle! C'était des sensitives! Elle a des piquants plein la main. Elle essaye d'en enlever un peu, mais il faut une pince à épiler. J'ai la chance de n'avoir jamais touché cette plante, il paraît que ça fait super mal!

Jour 2 (9)

Jour 2 (10)

Nous voilà ENFIN au PC1. On a fait 6Km... il en reste 20...

Meryl se fait soigner. Je rempli mon camelback en vue de la prochaine étape que je présage trèèèèèèès longue. Je mange. Je textote Mr Triton pour lui dire où nous sommes. Perrine, et nos familles doivent nous rejoindre au PC2.

J'ai froid, je me mets au soleil.

Mais il fait quoi là????? Il lui greffe une autre main ou quoi???? Ca prend un temps fou!

Jour 2 (11)

J'ai froid (je l'ai déjà dis non?) Mes cuisses se refroidissent, le moindre pas redevient douloureux. Ma gorge me fait à nouveau mal. Je me demande comment je vais pourvoir monter et descendre la prochaine bosse. Je me demande pourquoi je suis repartie ce matin. Je me demande ce que je fous là. Je me pose trop de questions quoi! Je vois les équipes qui passent le ravito. J'entends les bénévoles dirent qu'il ne reste plus que quelques équipes derrière. J'apprends qu'on a mis 1H30 à faire 6Km.

Meryl me rejoint, la mine défaite. Elle me dit qu'elle veut abandonner. Je n'ai pas la force de la contredire, de tenter de la convaincre de continuer. Moi aussi c'est ce que je veux, je n'osais juste pas le formuler. Ca me paraît tellement raisonnable comme décision! Je me sens déjà complètement HS alors comment imaginer faire 20Km avec encore 800 ou 900mD+?

Alors certains diront peut-être qu'on a pas été assez batantes, qu'on a pas le moral pour ce genre d'épreuve, ect... Mais j'avoue sans honte ne pas faire partie de ces coureurs maso qui vont risquer la blessure juste pour passer une ligne d'arrivée. J'espère courir encore des années et des années, alors si je ne prends pas de plaisir sur une course je ne vois pas l'intéret de continuer. Autant j'ai très très mal vécu le fait de me faire arrêter à la barrière horaire à Millau, autant là je n'arrive même pas à regretter cet abandon. Ce n'était pas la course de l'année pour moi,je n'étais pas préparée pour une telle épreuve. Je suis déjà étonnée d'être arrivée au bout du 1er jour. Voilà, j'ai eu ma dose! Là je sais que je ne vais pas réussir à courir aujourd'hui, je suis trop mal. Et la rando ça ne m'intéresse pas! Je veux courir moi!

Evidemment quelques larmes ont coulé quand j'ai appelé Mr Triton pour lui annoncer qu'on arrêtait là. Qu'ils n'avaient pas besoin de monter au PC2. J'étais déçue pour mes enfants qui aiment tant me voir sur les courses. Mais ils auront d'autres occasions!

Meryl aussi verse quelques larmes quand le bénévole annonce au talkie "abandon de l'équipe 127". Voilà c'est officiel!

On rentre au PC course en pickup, j'ai même du mal à monter dedans.

 C'est avec les larmes aux yeux que je rejoins notre troupe. J'ai un peu honte quand même, on aurait dû aller au bout pour Perrine.

On va se changer, manger. On boit une bière (juste quelques gorgées pour moi, ça ne passe pas. Suis je vraiment bretonne???)

On discute avec les concurrents qui arrivent. Un des bretons, justement, nous dis que la 2ème montée était vraiment très très difficile, que sans bâton c'était presque mission impossible. On a pas de bâton! Ca me conforte dans l'idée qu'on a pris la bonne décision.

On démonte les tentes. Dans notre bilan du week-end, on s'accorde tous à dire qu'on a passé un super moment, qu'on a fait de belles rencontres. Et que surtout faut qu'on se fasse une bouffe tous ensemble hein!

On échange quelques mots avec la gagnante de cette édition. P'tite photo souvenir.

C'est l'heure de rentrer à la maison.

13615364_10208757785373296_2232106893884065661_n

J'ai trop une sale tête!

Arrivée à la maison, je ne suis vraiment pas bien, gros mal de gorge, fièvre. L'avantage avec le dolipranne contre la fièvre c'est que je ne sens pas les courbatures!

Positive attitude!

 

Posté par triton7 à 06:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Transcal jour 1

La Transcalédonienne c'est LE raid emblématique de la Nouvelle-Calédonie.

Avant d'arriver sur le caillou, on avait dans l'idée de le faire avec Mr Triton. Et puis on a découvert le dénivelé calédonien, bien loin du dénivelé breton. Ca calme! Et puis Mr Triton a presque arrêté de courir. Et puis c'est compliqué de s'inscrire à cette Transcal, c'est une course de nouméens! Il faut remplir un gros dossier, le remettre en main propre au bureau de l'asso à Nouméa, tel jour, de telle heure à telle heure. Et puis rien que l'inscription coute un bras (l'équivalent de 250€ pour l'équipe), il faut ajouter le matériel obligatoire et les tee-shirts identiques et floqués pour les 3 membres de l'équipe. Et puis, et puis, et puis, ça faisait de suite moins envie!

Mais il y a un mois, je croise une copine, je vous en ai déjà parlé . Elle me demande de compléter leur équipe suite au désistement d'une des filles. On a un "sponsor" pour financer l'inscription (ça aide bien!). Allé, pourquoi pas!

Alors même pas un mois avant ça ne me laisse pas le temps de me préparer comme il se doit, j'ai l'impression d'y aller complétement à l'arrache.

Jour 1, 37Km, 1900m D+

Profil jour 1

Jour 2, 26Km, 1200mD+

Profil jour 2

Des centaines d'échanges de messages avec mes co-équipères plus tard, nous nous retrouvons à Poya, à la tribu de Montfaoué!

13537763_10208757727171841_648785245141263723_n

1er cri de joie avec Meryl dans la voiture!

Jour 1 (1)

On débarque les affaires, on monte les tentes.

Remarquez que j'ai retrouvé des compatriotes.

Jour 1 (2)

Le soleil se couche déjà...

13533108_10208757724611777_7182931797965512032_n

Briefing pour le lendemain, repas.

Ca caille sévère!!!!!

On essaye de se coucher tôt, mais la musique bretonne, le groupe électrogène, la lumière ne nous aident pas vraiment. J'ai oublié l'exitation de ce qui nous attend le lendemain... Et le coq qui chante toute la nuit!

13620162_10208757770852933_9035311456258001949_n

 

 

Jour 1

3H30

Le groupe électrogène se remet en marche, la lumière s'allume, et le camp se réveille. Tout le monde est survolté! Les bretons nous mettent du Matmatah à fond. "Et si t'aime bien la marche à pied, viens donc faire un tour à Lambé"... On va rester à Poya et on va tenter de résister au froid, hein! Je dis à Meryl qu'il doit faire 13°C, mais avec le recul, je me dis qu'on était peut-être plutôt à 10...

P'tit dèj, on se prépare.

Jour 1 (3 B) (1)

Jour 1 (3 B) (3)

Faut récupérer la carte de pointage, faire la photo officielle, et vite rejoindre la ligne de départ. Même pas le temps de s'échauffer!

Jour 1 (7 B) (2)

Team 5 étoiles au départ!

Jour 1 (8)

C'est parti!

On commence par quelques centaines de mètres sur la route. Il fait bien bien froid! J'ai les mains gelées!

On bifurque à droite et les sentiers commencent. Ca avance doucement, on est tellement nombreux sur ces p'tits chemins.

Ca monte un peu. Le soleil se lève. C'est beau!!!

Jour 1 (9)

Jour 1 (11)

Jour 1 (15)

Ho tiens! La dent de Poya! Faut qu'on aille là-haut tout à l'heure...

Jour 1 (18)

Jour 1 (19)

Le 1er PC est proche. On est en sous-bois, des racines, des cailloux, on court tranquillement. Je regarde mes pieds non stop, je stress tellement pour mes chevilles. Perrine est devant moi, et d'un coup je vois sa cheville gauche qui se tord, j'entends même le crac. Quelle horreur! J'ai mal pour elle. Elle cri, elle sautille, mais elle ne s'arrête pas. On arrive à une rivière, on la traverse, le PC est derrière. Les bénévoles de la Croix Rouge, lui mettent une poche de glace sur sa cheville, la strappe. On prend le temps de la soigner. Elle décide de repartir. Elle VEUT monter en haut de la dent de Poya! Et puis le bénévole lui dit que si elle décide d'abandonner là-haut elle redescendra en hélicoptère, tandis que si elle abandonne maintenant elle repart en pickup. C'est sûr que ça motive pour monter!

On y va alors! Et heureusement qu'elle a des bâtons!

Jour 1 (20)

Follow me to...

On va prendre 900m d'altitude en 4Km...

Jour 1 (21)

Le tout petit point blanc près de la rivière, c'est le PC 1

Jour 1 (22)

Jour 1 (23)

Perrine!!!!! Ton carrosse!!!!!

Jour 1 (25)

Jour 1 (26)

Une pensée pour Nathalie et son vertige...

Jour 1 (27)

Jour 1 (28)

Jour 1 (29)

Il est plus rapide que nous, lui!

Jour 1 (30)

Il est de plus en plus petit le PC1!!!

Jour 1 (31)

On entend quelqu'un crier que l'apéro nous attend en haut.Ca donne le sourire, hein, Perrine!

Jour 1 (32)

Il reste un peu de grimpette encore...

Jour 1 (33)

On voit la meeeeeeeeeeeer!!!!!!!!!!!!!!!

Jour 1 (34)

Les cuisses commencent à bien chauffer. Je redoute les crampes, je prends un cachet de sporténine, je bois, et je croise les doigts!

Jour 1 (35)

Yes! On est en haut!

Jour 1 (36)

Finalement tout s'est bien passé sur cette montée. Les paysages grandioses nous ont sûrement bien aidé moralement. On a aussi papoté, rigolé. C'était une super ascension!

Jour 1 (37)

Jour 1 (38)

Ce que je redoute le plus, c'est maintenant!

6Km de descente pour rejoindre le PC3. Perrine continu, finalement le tour en hélico ne lui fait pas envie. Cool!

Jour 1 (39)

Seulement 2 photos de cette descente, c'est le même terrain que la montée.

Et surtout il faut rester concentrer, ça glisse beaucoup, il y a plein de cailloux.

Jour 1 (40)

On descend sur les mains et les fesses par endroit.

Et là c'est long! Très long! Perrine est une bonne descendeuse, je comptais sur elle pour nous entrainer, sauf que là, avec sa cheville en vrac c'est dur pour elle. Je suis devant, mais comme j'ai un peu peur des descentes je me sens parfois perdue. J'aime avoir quelqu'un qui ouvre la route devant moi pour caler mes pas dans les siens. Le moral commence à flancher. Je commence à râler dès que je glisse et tombe. J'ai peur de me blesser. Je me demande pourquoi j'ai accepté de faire cette course, je me dis que je n'ai vraiment pas le niveau, ect... tout les trucs bêtes qui nous passent par la tête quand on est démoralisé.

Perrine commence à me raconter sa vie, parce que je ne vous l'ai pas dis mais je ne les connais presque pas mes co-équipières. Meryl, habite près de chez moi, on a couru quelques fois ensemble, mais on ne se connaît pas vraiment. Perrine, je l'ai juste rencontré au Pandathlon, une matinée, c'est tout. Alors on se met à parler de tout et de rien: de pourquoi on est venu vivre en Calédonie, d'allergie aux anti-inflamatoires et aux mangues (aucun lien hein!), de mariage à l'île des pins, de vacances à Lifou, ect.... Et les Km passent. Merci Perrine! Parce que sans ça je me serais assise dans la poussière et j'aurais attendu l'hélico je crois. Meryl, elle, suit sans problème. Elle reste derrière, discrète, on ne l'entend pas, elle ne bronche pas, elle avance coute que coute!

PC3, on y est!

La question de la cheville de Perrine se pose à nouveau. Elle continu!

Moi je me suis écorchée les mains dans la descente, le temps de mettre un pansement, de manger un peu (beaucoup!) Mon doc m'a conseillé de l'omelette au jambon pour apporter des protéines. J'en prends un p'tit bout sans trop de conviction, et finalement je mange tout mon sachet le temps de la pose du pansement.

Hop! Hop! Hop! C'est reparti!

Des p'tites bosses, des rivières, des niaoulis, des niaoulis, encore des niaoulis. C'est long! On a l'impression de se trainer. On court dès qu'on peut, mais au moindre faux plat on marche. On a plus de cuisse pour monter. Les descentes sont toujours techniques, donc on se retrouve à marcher aussi. On avance lentement. On en a marre! Je ne fais même plus de photo, on n'admire plus le paysage (un niaouli, c'est un niaouli hein!). Le moral est au plus bas. Je me dis que depuis le départ on a presque pas couru en fait, et que moi ce que j'aime c'est la course à pied, pas la marche (et ben j'irais pas à Lambé. Et toc!)

PC4

Perrine veut abandonner. Elle a peur de trop tirer sur sa cheville et d'avoir de trop grâves séquelles. Vue mon passé d'entorses, je ne la pousse pas à continuer. Je veux arrêter aussi, j'ai le moral dans les chaussettes. J'en ai marre, j'ai l'impression que les Km ne passent pas. Je commence à penser que si j'abandonne maintenant, je peux lever le camp ce soir et aller faire du kite demain si il y a du vent. Meryl, elle veut continuer, elle demande aux organisateurs si elle peut repartir seule. P'tit électrochoc pour Perrine et moi, on décide de continuer. 7Km de plat nous attendent, on va pouvoir courir (on est un peu venu pour ça à la base).

Allé, on repart!

Jour 1 (41)

Jour 1 (42)

En effet, c'est plat! On court!!!!!!!! Bon, en vrai on ne doit pas courir bien vite, mais 7Km/H ça fait déjà avancer plus vite que les 2Km/H de la montée. Aux sensations, je me dis qu'on est à 7, car ma montre n'a plus de batterie. Du coup plus de repère, on guette le PC5 derrière chaque virages. Meryl a mal au ventre, elle a du mal à suivre, mais elle s'accroche et ne lâche rien.

PC5!!!!!!!!!!!!

On sait que derrière il n'y a plus que 3Km. Même si il reste une bonne montée de 200mD+, c'est la fin, c'est la dernière, on va aller au bout!

Jour 1 (43)

Le voilà le rocher de la tortue! Vous voyez la tête de tortue?

Jour 1 (44)

Juste avant la montée on voit l'hélico qui se pose, un gars sur un brancard. Ce sont nos voisins les bretons, l'un d'eux a fait un malaise, déhydratation. Ca calme!

Je me disais que ça allait être la montée de trop, et en fait ça va. Bon, on avance à une vitesse de tortue, mais on avance.

Jour 1 (45)

Jour 1 (46)

On ne fait pas les fières là! Il y a eu un passage vraiment dangereux. Moi qui n'ai pas le vertige d'habitude, là je n'ai pas regardé en bas. J'avais vraiment peur. Je ne comprends pas comment les organisateurs ont pris un tel risque à nous faire passer à cet endroit. Cette photo n'est pas représentative, mais je n'allais pas prendre une photo du passage dangereux. Je préfèrais utiliser mes mains pour me tenir aux cailloux.

Ouf! On revient sur un terrain moins accidenté!

Jour 1 (47)

On sait qu'on est dans les derniers Km. On donne tout. Les p'tites montées deviennent des sommets, j'ai les cuisses en feu (mais toujours pas de crampes!). On a tellement hâte d'arriver. Au détour d'un virage, je vois un short que je connais. Mon Titou!!!!! Il a remonté le parcours pour nous trouver. Je le prends dans mes bras et je me mets à pleurer. Je suis si heureuse de le voir. Il court le dernier Km avec nous. Il saute tous les cailloux, là où moi je dois presque m'asseoir pour les descendre. Bon, OK il n'a pas 35Km dans les pattes lui! Mais le jour avant il a quand même gagné le cross de son collège. Attention, un champion nous accompagne sur notre fin de course!

On arrive sur la route. Route tellement libératrice! On peut courir sans regarder ses pieds, sans stresser pour les chevilles. Et nos filles qui arrivent vers nous en hurlant. Quel bonheur! On y est!!! Leur énergie nous donne des ailes, Perrine et moi on accélère sans s'en rendre compte. Meryl ne nous suit pas. On s'arrête, on l'attend. On va la passer toutes les 3 cette ligne d'arrivée! A chaque PC on a cru que l'une de nous allait manquer à la fin, et non, on est 3!

Jour 1 (47 B) (1)

On est HS, sales. Et moi je suis abasourdie par la difficulté de ce parcours. Je ne m'attendais pas à ça. C'est trop! Trop long, trop technique, trop dur. J'ai l'impression de ne pas avoir pris de plaisir, ne n'avoir presque pas couru. A part l'ascencion de la dent de Poya j'ai l'impression qu'il n'y a eu que de la souffrance et de la lutte pour ne pas flancher.

Mais je suis vraiment contente qu'on arrive à 3. Et impressionnée par la tenacité de Perrine qui a continué malgré son entorse.

Jour 1

Là assise par terre c'est pas une bonne idée! Je vais faire comment pour me relever??? Je n'arrive déjà pas à enlever mes chaussettes de mes bas de mémé! Heureusement que nos maris sont des assistants de choc! C'est important le mari pour enlever les chaussettes et les bas de mémé après une course!

Jour 1 (48)

Et pour nous masser aussi!

Jour 1 (50)

Je parle de la douche sans eau chaude???? De la marche beaucoup trop haute pour monter dans les toilettes? Des bretons qui enquillent des bières??? Des vainqueurs qui ont bouclé le parcours en 4H30 alors que nous on a mis 9H40? De la nuit, du froid et le l'humidité qui tombent bien trop vite à mon goût?

Bref, cette journée de fou s'achève. Après avoir mangé ma barquette de coquillettes (ça fait du bien de manger chaud), et écouté, non sans peur, le briefing pour le lendemain, je me mets sous ma couette à 20H et je m'endors direct! Même si les bretons continuent à chanter et enquiller des bières, le groupe électrogène à tourner, et le cop à chanter.

Posté par triton7 à 05:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


20 juin 2016

Pandathlon 2016

Ca part d'une idée complètement folle... Une copine qui s'arrête en voiture sur le bord de la route alors que je vais m'entrainer au stade... Qui me demande de compléter leur équipe pour la Transcal... Il faut donc qu'on se fasse une course à 3, pour tester... Et me voilà inscrite au Pandathlon (c'est pas ça l'idée folle hein!)

panda15-profil-long

Notre team Transcal

12 juin 2016 (1)

On commence donc sur le plat. Moi qui ne connaît pas Dumbéa, je suis en pleine découverte.

12 juin 2016 (2)

12 juin 2016 (3)

12 juin 2016 (4)

C'est agréable de courir sur ces ponts, surtout quand on sort d'une entorse à la cheville. C'est moins stressant!

12 juin 2016 (7)

Oups! Passage de rivière, pas simple les galets.

12 juin 2016 (8)

12 juin 2016 (9)

12 juin 2016 (10)

Ca commence à monter... Ca va durer 3Km, pour se retrouver à 500m d'altitude.

12 juin 2016 (11)

12 juin 2016 (16)

On était sur le chemin en bas tout à l'heure... La montée n'est pas trop raide, mais je sens que j'ai mal au dos. 2 mois sans faire de kite se font ressentir niveau gainage. Va falloir que je me remette à faire la planche... LE truc chiant!

12 juin 2016 (17)

12 juin 2016 (18)

12 juin 2016 (21)

12 juin 2016 (24)

On aperçoit Nouméa et la mer.

12 juin 2016 (25)

On a monté tout ça!!!!

Au ravito il y a une super ambiance! Les filles qui font le pointage sont déchainées. En fait je crois qu'elles cherchent surtout un moyen de se réchauffer, car entre la pluie et le vent, il ne fait vraiment pas chaud du tout. J'attends Meryl qui n'est pas loin derrière, mais il fait trop froid pour qu'on attende Perrine.

12 juin 2016 (27)

C'est parti pour la descente, mais en fait ça ne me fait pas du bien. Par terre c'est que des cailloux. J'ai peur pour mes chevilles alors je vais assez lentement. Pas de photos, j'étais trop concentrée. Heureusement ça ne dure pas trop longtemps.

Ensuite ça devient de la terre (qui glisse car il pleut). Rapidement on arrive sur une piste.

Trop facile! J'accélère dans l'espoir de ratrapper Meryl. Je me fais bien plaisir là! En plus on retombe sur le parcours du petit raid, sûrement sur les derniers concurents, ils marchent tous. J'ai l'impression d'aller super vite du coup!

Et là à nouveau rivière! Sauf que cette fois on la longe au lieu de la traverser. Bon on traversera aussi des p'tits bouts. Mais ces cailloux c'est vraiment pas mon truc!

On termine par du plat sur de la piste, donc le dernier Km sera rapide.

12 juin 2016 (28)

Voilà, 16.5Km, 718m D+ bouclé en 2H38. Je suis classée 196 sur 287.

12 juin 2016 (30)

Meryl est arrivée 10min avant moi, Perrine 3min derrière.

On retrouve Estelle (une coureuse bouraillaise) qui faisait le petit raid.

Et surtout on valide notre team pour la Transcal... Aïe aïe aïe!

Posté par triton7 à 04:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mai 2016

Un dimanche sur l'île verte

Hier nous sommes partis avec des amis, pique-niquer sur l'île verte.

L'île c'est un îlot tout près de Bourail, 10/15min de bateau. Ca a beau être tout près de chez nous, ça reste un plaisir d'y aller. Quand on est sur un îlot on déconnecte complètement. Et il y a ce passage de la passe où on sait qu'on peut voir des dauphins, des tortues, des dugongs,... Et où on ne voit rien en fait! On a pas de bol!

Photos prises au départ, car à l'aller j'avais oublié de sortir mon appreil photo qui était au fond du sac et au fond du bateau. Mais ça n'a pas de sens si je ne vous montre pas l'îlot dès le début de l'article.

1er mai 2016 (51)

1er mai 2016 (44)

En ce moment on a un problème de grosse bête dans notre lagon qui terrorise tout le monde. Il y a donc un arrêté d'interdiction à la baignade. Ici on va enfin pouvoir se baigner et admirer les poissons et les coraux sans danger.

Les enfants s'en donnent à coeur joie. Après plusieurs semaines sans être allé à l'eau ils sont tout fous!

1er mai 2016 (10)

1er mai 2016 (11)

1er mai 2016 (15)

1er mai 2016 (16)

1er mai 2016 (20)

1er mai 2016 (8)

Jolie découverte!

1er mai 2016 (13)

Pour moi ce fut, un peu de baignade, marche dans le sable et yoga. J'ai commencé la rééducation de ma cheville. Je me suis fait une entorse la semaine dernière en courant, donc depuis c'est repos. Et le raid de Voh qui va me passer sous le nez :-(

1er mai 2016 (36)

C'est l'heure de rentrer!

1er mai 2016 (65)

Fin contents les enfants à l'avant du bateau!

1er mai 2016 (70)

C'est toujours un plaisir de voir la Calédonie de la mer!

1er mai 2016 (68)

1er mai 2016 (75)

1er mai 2016 (77)

C'était vraiment un chouette dimanche!

Merci Sylvie et Michel!

Posté par triton7 à 05:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

11 avril 2016

Raid de Ponérihouen

Hier j'ai couru le 1er raid du challenge des raids du nord: celui de Ponérihouen sur le site de la Tchamba.

C'était pas gagné pour que je participe à ce raid!

D'abord je me suis posé des dizaines de questions pour le choix du parcours. Le petit ou le grand??? Le petit, 10Km. Les 10Km de la Ouenghi m'avaient quand même laissé un goût de trop peu. Mais le grand c'était 17Km et 900 mètres de dénivelé positif cumulé, et là je me suis dis que c'était sûrement bien trop pour le peu d'entrainement que j'ai. En regardant le profil j'ai pensé que c'était tout de même faisable: 5Km de grosse montée que j'allais faire en mode "rando", et ensuite ça descend et c'est plat. Comme pour moi la difficulté c'est la montée, une fois passé ça, ça irait. Je prends donc mon dossard pour le grand raid!

Là, 1ère tuile: le lundi précédent j'ai un ongle incarné qui débute. Huile essentielle d'arbre à thé, surveillance et finalement ça passe. Je vais même courir le mardi soir, je suis seulement gênée dans les descentes. Je maintiens donc mon inscription. Sauf que le jeudi ça repart de plus belle, et là j'ai bien bien mal. Mon médecin ne travaille pas ce jour, je l'appelle vendredi matin à la 1ère heure (il fait la même course que moi) il me mets sous antibio.

On doit co-voiturer le vendredi après-midi pour aller sur la côté est. Et là gros bug dans le co-voiturage. On part bien plus tard que prévu, on roule tout de nuit, sachant que les routes ici ne sont pas terribles du tout. Heureusement tout se passe bien. Mais on se couche bien bien tard. Et on se lève bien bien tôt! Les antibio ont fait des miracles: je n'ai plus mal du tout au pied!

Re-bug sur la route pour rejoindre le lieu de départ de la course, on se trompe de route, on met plus de temps que prévu. Je vois l'heure qui défile et je sens que je vais louper le départ. Je commence vraiment à désespérer. On arrive 10min avant le départ, je saute de la voiture encore en marche et je cours retirer mon dossard (mes 2 coéquipières faisaient le petit raid et partaient 30min plus tard). Je termine de lasser mes chaussures et d'ajuster mon camelback sur la ligne de départ. Ouf! J'y suis! Mais je n'ai pas eu le temps de mettre de la crème solaire et mon pansement sur le pied. Le pansement je l'ai dans le sac, je le mettrais à un ravito si j'ai mal. Je retrouve ma copine Camicoo, mais on a même pas le temps de faire le selfy du départ.

C'est parti!

Je sens que je ne démarre pas très doucement, mais je suis tellement sur les nerfs que je suis le mouvement sans trop m'en rendre compte. A peine 5 ou 10min de course et on traverse déjà une rivière, je me dis que mon pansement serait peut-être déjà en boule au bout de ma chaussette!

Ca commence à grimper. Ca ne fait même pas 30min et on est déjà si haut par rapport au départ.

9 avril 2016 (1)

Les points blancs au milieu, se sont les tentes de la course. On entend le départ du petit raid.

Puis il y a une grosse descente. Plein de racines, ça glisse, il faut se tenir aux arbres sur les côtés. Je ne suis vraiment pas à l'aise, je me fait beaucoup doubler.

Arrive la 1ère grosse montée.

9 avril 2016 (3)

Là je suis à peu près au milieu.

9 avril 2016 (4)

Mais bon, se ne sera rien par rapport à la "vraie" montée de la course qui fait plusieurs Km. Celle-là je l'ai vraiment fait tout tranquille, en m'arrêtant prendre des photos.

9 avril 2016 (5)

Il y a un gars adosé à un arbre, je m'arrête pour lui demander si il va bien.

Puis il y a une mini descente, mais vraiment mini, sur un chemin facile, mais mon pied glisse sur une pierre et je m'étale les fesses par terre. Sauf qu'une de mes fesses tombe sur un caillou. J'ai super mal évidemment! Et là le gars dont je vous parlait à l'instant passe à côté de moi, me demande si ça va. Je suis toujours par terre, je lui dis que non, que je viens de tomber, et il part en courant. Oui, oui! Moi aussi j'ai halluciné! Je l'ai regardé partir, je suis vraiment restée bête. Plus que la douleur ça m'a mis en colère une attitude pareil! Pour moi le trail c'est le partage et l'entraide. Surtout au niveau auquel on est tous les 2, on ne risque pas de finir sur le podium alors aider quelqu'un c'est la moindre des choses. Bref, je me relève, repars. Il y a un ravito pas loin, on me met un coup de bombe de froid. Mais un des gars ne veut pas que je reparte. C'est vrai que ça me fait une grosse boule sur la fesse. Mais je lui dis que j'ai eu des galères pour arriver jusque là alors qu'il est hors de question que j'arrête maintenant! On a fait à peine la moitié! Je suis trop heureuse d'être là je veux profiter!!!

9 avril 2016 (7)

Dans la montée je n'ai pas trop mal, mais dès que je me remets à courir, là je douille bien!

Mais je ne vais pas me remettre de suite à courir car on a plusieurs kilomètres de grosse grosse descente dans la forêt tropicale. Ca veut dire racines partout, boue glissante, ect.... J'ai qu'une trouille c'est de retomber sur les fesses. Je traine vraiment beaucoup dans cette descente. Elle est très raide et très technique on doit s'accrocher aux arbres pour ne pas glisser. Moi qui n'ai pas de problème de genoux, là j'avais mal. Après ces 2Km difficiles on a que du plat ou mini montées et mini descentes.

9 avril 2016 (8)

Quand même une traversée de rivière assez difficile car elle est large et il y a beaucoup de courant.

9 avril 2016 (9)

J'en ai un peu marre sur la fin. C'est long, j'ai hâte d'arriver, j'ai bien bien mal à la fesse.

On arrive sur la route, c'est celle par laquelle on est venu. C'est bientôt la fin. Il y a quand même 2 petites montées, je n'arrive pas à les faire en courant. Ben si la 3ème j'y arrive, parce qu'il y a pas mal de monde à nous encourager, et que vraiment c'est la fin. Je l'avais déjà fait pleine balle le matin pour aller chercher mon dossard.

Là sur le côté je vois mon médecin, déjà douché et changé, évidemment vue le super chrono qu'il a fait! Je lui crie qu'il a sauvé ma course! Il se met à courir avec moi sur les derniers mètres, et non je n'ai pas mal du tout à mon ongle.

Voilà, je suis arrivée! J'ai bouclé ces 17Km en 3H28. Je suis 156ème sur 206. Rien de glorieux, mais moi je suis fière d'avoir tenu le choc malgré la douleur. Et puis je me suis vraiment amusée sur ce raid!

Je récupère mon panier tressé rempli de fruits, mon Buff. J'arrive devant la glacière des cannettes. Celui qui les sert commence à me parler et je fond en larmes. C'est con quand même les émotions que peut procurer une course!

20160410_065233

Stop obligatoire au poste de secours pour mettre de l'arnica sur ma fesse.

 Puis repas mais là c'est aussi le moment du malaise. C'est pas la 1ère fois que ça m'arrive et là je n'ai clairement pas fait attention pendant la course. J'ai oublié de manger donc je ne suis pas surprise de cette baisse de tension et de ces nausées. Ca m'apprendra!

Je crois que j'ai du mal à m'asseoir...

12970735_1122142627804822_1579746766_o

Repas, blablabla avec les copines et on reprend la route pour rentrer. Mais on s'accorde une pause à la cascade de Bwa.

9 avril 2016 (17)

Cryothérapie tels des grands sportifs!

9 avril 2016 (20)

Ca a fait trop du bien!

C'était vraiment une belle course! Les raids du nord ont une super réputation, je comprends mieux maintenant. Buffet à volonté à l'arrivée, les p'tits cadeaux, mais surtout une organisation irréprochable. Des ravito et des personnes pour la sécurité très présents tout au long du parcours, un balisage parfait. Bravo à l'organisation!

Maintenant c'est Arnica party pendant plusieurs jours...

Posté par triton7 à 03:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

05 avril 2016

Week-end kite en famille

Fin février nous sommes partis en famille: famille Triton (évidemment), famille de Tonton Triton, et famille de la soeur de Tantine Triton. Si vous ne suivez pas, c'est pas grave! On était 11, dont 6 enfants, et surtout 6 kitesurfeurs. Là aussi n'essayez pas de deviner qui est qui...

Bref, 2 tours de bateau, des tSansortues et 3 dauphins plus tard, nous acostons sur l'îlot Ténia.

20 février 2016 (5)

20 février 2016 (7)

20 février 2016 (10)

20 février 2016 (14)

20 février 2016 (16)

20 février 2016 (34)

20 février 2016 (35)

20 février 2016 (36)

20 février 2016 (41)

Découverte du spot de kite

20 février 2016 (47)

Titou tente une sortie, mais il a vraiment trop de vent pour son petit gabarit. Le pauvre, il a loupé son décollage et s'est rapé la main sur le coraux. Heureusement plus de peur que de mal. Mais il y a eu tellement de vent tout le week-end qu'il n'a pas pu naviguer.

20 février 2016 (50)

20 février 2016 (48)

Les adultes s'éclatent!

20 février 2016 (52)

Les enfants aussi en fait!

20 février 2016 (54)

Après cet super après-midi de kite, le soleil et la lune nous offre un magnifique spectacle!

20 février 2016 (59)

20 février 2016 (61)

20 février 2016 (68)

La nuit fut bien moins sympatique: des dizaines de pétrels sont venues se reposer sur l'îlot. En fait elles ne dorment pas, elles se promènent toute la nuit et miaulent, pleurent comme des bébés, aboyent. Elles font tous les bruits possibles et imaginables! On a donc très peu dormi. Ou plutôt on a super bien dormi à partir de 4H du mat quand elles sont reparties en mer!

20 février 2016 (69)

Réveil tout gris sur la grande terre!

21 février 2016 (1)

On fait le tour de l'île à pied en attendant que le vent monte.

21 février 2016 (36)

Sympa la piscine!

21 février 2016 (40)

21 février 2016 (51)

On croise des p'tites bêtes

21 février 2016 (53)

21 février 2016 (24)

Un squelette d'oursin

21 février 2016 (3)

Les enfants vont plonger

21 février 2016 (100)

21 février 2016 (106)

21 février 2016 (124)

Et nous on retourne kiter!

21 février 2016 (121)

J'ai même eu la chance de croiser 2 dugongs!

Pas de photo du trajet retour en bateau. Comme il y avait beaucoup de vent, il y avait aussi beaucoup de houle. On s'est bien fait brasser!

Voilà, c'était un super week-end kite, et une belle découverte de cet îlot!

Posté par triton7 à 05:16 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mars 2016

Trail de la Ouenghi

1er trail de la saison! Il ne fallait pas louper ça! Même si il fait encore plus de 30°C la journée et qu'on a beaucoup de mal à s'entrainer. On s'est forcé à reprendre il y a quelques semaines, profitant des pluies du soir pour avoir moins chaud.

Là on nous annonce 12Km (ça va!), mais 690m de dénivelé positif (aïe! ça pique!). Je veux le tenter quand même, car la vue en haut du pic doit être superbe.

12743952_10208707236383180_3144580141132121247_n

Réveil à 5H du mat le dimanche matin, là aussi ça pique!

Je retrouve ma copine d'entrainement et on roule vers le sud, direction Ouenghi, à mi-chemin entre nous et Nouméa.

On a (encore) piqué le 4x4 de Mr Triton, car il va falloir rouler sur une piste pour accéder au départ. On a bien fait!

Sur la ligne de départ on a déjà chaud. Ca promet! Mais on nous annonce qu'en raison des fortes pluies de la veille, les organisateurs ont dû enlever 2Km à notre parcours. C'est donc parti pour 10Km!

20 mars 2016 (1)

364A4735-border

Ca monte dès le début comme on peut le voir sur le profil de la course, mais ça va j'arrive à courir un peu. C'est un peu boueux, mais gérable.

Le 1er ravito est à 3Km. Ca passe vite.

Et on enchaine sur LA grosse montée! On ne le voit pas trop sur la photo, mais c'est des lacets, on voit les concurrents qui sont devant (des p'tits points sur la photo). Je me mets en mode "rando", même si j'entends la voix de Zanne dans ma tête "si tu marches, tu marches d'un bon pas!". Mais je dois rapidement m'arrêter pour resserer mes lacets, les chaussures restent collées dans la boue à chaque pas, et je manque de les perdre.

20 mars 2016 (5)

Ca monte tranquillement et ces beaux paysages aident à garder le moral, car il fait quand même bien bien chaud dans cette montée.

20 mars 2016 (6)

20 mars 2016 (7)

On voit la tente du ravito tout en haut du chemin

20 mars 2016 (8)

20 mars 2016 (9)

Comme elles sont belles les montagnes calédoniennes!!!

Le chemin continu à monter, mais un rubalise le barre. C'est là qu'ils nous ont enlevé les 2Km, on aurait dû monter encore plus haut.

Je ne suis pas mécontente de redescendre! Là je me fais vraiment plaisir! Et je pense encore à Zanne qui adore les descentes et m'a transmis de précieux conseils. Je gagne pas mal de places.

Ho une p'tite rivière qui fait penser à la Bretagne! Même la fraicheur de l'eau rappelle la Bretagne!

20 mars 2016 (10)

C'est mignon!!!

Au 2ème ravitaillement, à 8Km, on nous dit qu'il reste une bosse et que c'est terminé. En effet dans la dernière montée les jambes commencent à durcir sérieusement. Je redoute les crampes, mais je ne lâche pas. C'est là que je ressens vraiment la pause estivale et le manque d'entrainement. On a repris il y a seulement 2/3 semaines. Il n'aurait pas fallu qu'il y ai encore 5Km comme ça.

Heureusement on redescent vers l'arrivée, et les descentes moi j'aime bien!

Pleine balle jusqu'à la fin!!!

Ma photo d'arrivée est encore toute pourrie. J'étais en train de décrocher la sangle de mon camelback qui barrait mon dossard. C'est malin!

364A4959-border

Voilà, c'était une belle sortie. Il y avait des bénévoles à chaques passages dangereux ou aux bifurcations. Rien à dire là-dessus, on se sentait en sécurité. Heureusement car lors du briefing je n'ai rien entendu. J'étais au milieu du peloton, mais le gars n'avait pas de micro, seuls les plus proches de la ligne de départ pouvaient l'entendre. Et gros bémol pour les ravitaillements: des pâtes de fruits et des cacahouètes. C'est tout! Vas courir avec des cacahouètes dans la bouche... Et le ravito de l'arrivée? De l'eau, du coca, du powerade,............ et ben c'est tout! Pas un truc à grignotter. Biensûr pas de p'tit cadeau souvenir. Ah si! On a pu garder notre dossard, même si il trône dans les toilettes (le super jeu de mots!) je regrette les paquets de crêpes ou de biscuits ou les bouteilles de cidre des trails bretons. Il faudra s'y faire, c'est comme ça ici! On paye entre 16 et 35€ le dossard pour..... le dossard (c'est déjà ça!). Il paraît qu'ils sont plus généreux sur les raids du nord. Va vraiment falloir que je les teste cette saison!

Posté par triton7 à 08:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,