Hier j'ai couru le 1er raid du challenge des raids du nord: celui de Ponérihouen sur le site de la Tchamba.

C'était pas gagné pour que je participe à ce raid!

D'abord je me suis posé des dizaines de questions pour le choix du parcours. Le petit ou le grand??? Le petit, 10Km. Les 10Km de la Ouenghi m'avaient quand même laissé un goût de trop peu. Mais le grand c'était 17Km et 900 mètres de dénivelé positif cumulé, et là je me suis dis que c'était sûrement bien trop pour le peu d'entrainement que j'ai. En regardant le profil j'ai pensé que c'était tout de même faisable: 5Km de grosse montée que j'allais faire en mode "rando", et ensuite ça descend et c'est plat. Comme pour moi la difficulté c'est la montée, une fois passé ça, ça irait. Je prends donc mon dossard pour le grand raid!

Là, 1ère tuile: le lundi précédent j'ai un ongle incarné qui débute. Huile essentielle d'arbre à thé, surveillance et finalement ça passe. Je vais même courir le mardi soir, je suis seulement gênée dans les descentes. Je maintiens donc mon inscription. Sauf que le jeudi ça repart de plus belle, et là j'ai bien bien mal. Mon médecin ne travaille pas ce jour, je l'appelle vendredi matin à la 1ère heure (il fait la même course que moi) il me mets sous antibio.

On doit co-voiturer le vendredi après-midi pour aller sur la côté est. Et là gros bug dans le co-voiturage. On part bien plus tard que prévu, on roule tout de nuit, sachant que les routes ici ne sont pas terribles du tout. Heureusement tout se passe bien. Mais on se couche bien bien tard. Et on se lève bien bien tôt! Les antibio ont fait des miracles: je n'ai plus mal du tout au pied!

Re-bug sur la route pour rejoindre le lieu de départ de la course, on se trompe de route, on met plus de temps que prévu. Je vois l'heure qui défile et je sens que je vais louper le départ. Je commence vraiment à désespérer. On arrive 10min avant le départ, je saute de la voiture encore en marche et je cours retirer mon dossard (mes 2 coéquipières faisaient le petit raid et partaient 30min plus tard). Je termine de lasser mes chaussures et d'ajuster mon camelback sur la ligne de départ. Ouf! J'y suis! Mais je n'ai pas eu le temps de mettre de la crème solaire et mon pansement sur le pied. Le pansement je l'ai dans le sac, je le mettrais à un ravito si j'ai mal. Je retrouve ma copine Camicoo, mais on a même pas le temps de faire le selfy du départ.

C'est parti!

Je sens que je ne démarre pas très doucement, mais je suis tellement sur les nerfs que je suis le mouvement sans trop m'en rendre compte. A peine 5 ou 10min de course et on traverse déjà une rivière, je me dis que mon pansement serait peut-être déjà en boule au bout de ma chaussette!

Ca commence à grimper. Ca ne fait même pas 30min et on est déjà si haut par rapport au départ.

9 avril 2016 (1)

Les points blancs au milieu, se sont les tentes de la course. On entend le départ du petit raid.

Puis il y a une grosse descente. Plein de racines, ça glisse, il faut se tenir aux arbres sur les côtés. Je ne suis vraiment pas à l'aise, je me fait beaucoup doubler.

Arrive la 1ère grosse montée.

9 avril 2016 (3)

Là je suis à peu près au milieu.

9 avril 2016 (4)

Mais bon, se ne sera rien par rapport à la "vraie" montée de la course qui fait plusieurs Km. Celle-là je l'ai vraiment fait tout tranquille, en m'arrêtant prendre des photos.

9 avril 2016 (5)

Il y a un gars adosé à un arbre, je m'arrête pour lui demander si il va bien.

Puis il y a une mini descente, mais vraiment mini, sur un chemin facile, mais mon pied glisse sur une pierre et je m'étale les fesses par terre. Sauf qu'une de mes fesses tombe sur un caillou. J'ai super mal évidemment! Et là le gars dont je vous parlait à l'instant passe à côté de moi, me demande si ça va. Je suis toujours par terre, je lui dis que non, que je viens de tomber, et il part en courant. Oui, oui! Moi aussi j'ai halluciné! Je l'ai regardé partir, je suis vraiment restée bête. Plus que la douleur ça m'a mis en colère une attitude pareil! Pour moi le trail c'est le partage et l'entraide. Surtout au niveau auquel on est tous les 2, on ne risque pas de finir sur le podium alors aider quelqu'un c'est la moindre des choses. Bref, je me relève, repars. Il y a un ravito pas loin, on me met un coup de bombe de froid. Mais un des gars ne veut pas que je reparte. C'est vrai que ça me fait une grosse boule sur la fesse. Mais je lui dis que j'ai eu des galères pour arriver jusque là alors qu'il est hors de question que j'arrête maintenant! On a fait à peine la moitié! Je suis trop heureuse d'être là je veux profiter!!!

9 avril 2016 (7)

Dans la montée je n'ai pas trop mal, mais dès que je me remets à courir, là je douille bien!

Mais je ne vais pas me remettre de suite à courir car on a plusieurs kilomètres de grosse grosse descente dans la forêt tropicale. Ca veut dire racines partout, boue glissante, ect.... J'ai qu'une trouille c'est de retomber sur les fesses. Je traine vraiment beaucoup dans cette descente. Elle est très raide et très technique on doit s'accrocher aux arbres pour ne pas glisser. Moi qui n'ai pas de problème de genoux, là j'avais mal. Après ces 2Km difficiles on a que du plat ou mini montées et mini descentes.

9 avril 2016 (8)

Quand même une traversée de rivière assez difficile car elle est large et il y a beaucoup de courant.

9 avril 2016 (9)

J'en ai un peu marre sur la fin. C'est long, j'ai hâte d'arriver, j'ai bien bien mal à la fesse.

On arrive sur la route, c'est celle par laquelle on est venu. C'est bientôt la fin. Il y a quand même 2 petites montées, je n'arrive pas à les faire en courant. Ben si la 3ème j'y arrive, parce qu'il y a pas mal de monde à nous encourager, et que vraiment c'est la fin. Je l'avais déjà fait pleine balle le matin pour aller chercher mon dossard.

Là sur le côté je vois mon médecin, déjà douché et changé, évidemment vue le super chrono qu'il a fait! Je lui crie qu'il a sauvé ma course! Il se met à courir avec moi sur les derniers mètres, et non je n'ai pas mal du tout à mon ongle.

Voilà, je suis arrivée! J'ai bouclé ces 17Km en 3H28. Je suis 156ème sur 206. Rien de glorieux, mais moi je suis fière d'avoir tenu le choc malgré la douleur. Et puis je me suis vraiment amusée sur ce raid!

Je récupère mon panier tressé rempli de fruits, mon Buff. J'arrive devant la glacière des cannettes. Celui qui les sert commence à me parler et je fond en larmes. C'est con quand même les émotions que peut procurer une course!

20160410_065233

Stop obligatoire au poste de secours pour mettre de l'arnica sur ma fesse.

 Puis repas mais là c'est aussi le moment du malaise. C'est pas la 1ère fois que ça m'arrive et là je n'ai clairement pas fait attention pendant la course. J'ai oublié de manger donc je ne suis pas surprise de cette baisse de tension et de ces nausées. Ca m'apprendra!

Je crois que j'ai du mal à m'asseoir...

12970735_1122142627804822_1579746766_o

Repas, blablabla avec les copines et on reprend la route pour rentrer. Mais on s'accorde une pause à la cascade de Bwa.

9 avril 2016 (17)

Cryothérapie tels des grands sportifs!

9 avril 2016 (20)

Ca a fait trop du bien!

C'était vraiment une belle course! Les raids du nord ont une super réputation, je comprends mieux maintenant. Buffet à volonté à l'arrivée, les p'tits cadeaux, mais surtout une organisation irréprochable. Des ravito et des personnes pour la sécurité très présents tout au long du parcours, un balisage parfait. Bravo à l'organisation!

Maintenant c'est Arnica party pendant plusieurs jours...