4H, le groupe électrogène se met en marche, la lumière s'allume.

Nooooooooooooooon!!!!!!!!!!!! Je veux rester sous ma couette! Je veux dormir encore et encore et encore! J'ai dormi comme un bébé, mais ça ne doit pas être assez. Et puis il fait si froid dehors, je ne peux pas sortir!

Je ne dois pas être la seule à penser ça, car contrairement à hier matin où tout le monde est sorti de sa tente dès le démarage du groupe, là il n'y a pas un bruit. Au bout de 10-15min j'entends les 1ers zip des tentes qui se relèvent, les 1ers bruits. Faut vraiment que je ne me motive!

Meryl, t'es réveillée???????? Oui, elle se lève, même si elle a bien du mal aussi.

Les courbatures sont belle et bien présentes. Comment on va faire pour courir tout à l'heure???

On retrouve Perrine, elle boîte, elle ne peut pas repartir. Grosse déception, mais on s'y attendait. C'était déjà énorme qu'elle termine hier!

On va prendre notre p'tit dèj toutes les 3. J'ai super mal à la gorge, ça me brûle dès que je tousse. Il fait vraiment trop froid!

Je ne suis vraiment pas motivée. Meryl l'est, elle. Alors je me bouge! Je vais y aller, pour elle, pour Perrine!

Jour 2 (12)

Mais, ils ne nous ont pas donné 2 dossards???? Il est tout sale celui-là!

Et les baskets? Elles sont trempées de la veille! Et les bas de mémé aussi! C'est froid! Mais comme ça le choc sera moindre quand on passera dans la rivière. Faut voir le côté positif!

On fait les malignes au départ pour se donner du courage! Heureusement il y a une super ambiance. Aujourd'hui, partent avec nous les coureurs de la Transdécouverte. Ils sont tout frais, surmotivés. Finalement je suis contente d'être là!

Jour 2 départ

C'est parti!

Les 1ers mètres sont dur, les jambes sont tendues, lourdes. Et toujours ce froid! J'ai super mal à la gorge. Allé, ça va chauffer et ça ira mieux!

Jour 2 (1)

La fameuse rivière! On rigole, le cameraman nous demande si personne ne voudrait tomber.

Gros bouchon après cette rivière, on attend notre tour les pieds dans l'eau. Ca ne chauffe toujours pas...

Jour 2 (2)

La 1ère montée. Je la redoutais vraiment. Elle est dès le début du parcours, je savais que je ne serais pas encore échauffée. Je me fait doubler. Meryl avance a fond devant. Elle doit s'arrêter pour m'attendre. J'avance lentement mais j'avance.

Il est superbe ce levé de soleil.

Jour 2 (4)

Je me traine, mais je n'ai pas trop mal cuisses. Ca passe!

Mais la descente ensuite! Aïe! C'est de la torture. Là j'ai super mal!

Et on nous avait annoncé du dévers, je n'aime pas ça du tout. Avec mes chevilles peu stables je ne suis pas à l'aise sur ces pentes. Et là y'en a du dévers! Et des cailloux, encore et toujours...

Je me fais doubler, encore et toujours...

Meryl m'attend. La pauvre, je me traine vraiment!

Jour 2 (6)

13528378_10208757780693179_3735488034464134786_o

Là on peut courir un peu. Ca fait du bien!

Je raconte l'histoire du dahu à Meryl, il n'existe pas cet animal en Calédonie.

Jour 2 (8)

Mais dès que ça descend, même légèrement, je souffre. Les muscles de mes cuisses sont vraiment à bout. Je songe à la montée qui nous attend après le PC1, la plus dure de la journée, et surtout la descente ensuite. Ca me fait vraiment peur!

Et là Meryl attrape une branche pour se retenir, elle hurle! C'était des sensitives! Elle a des piquants plein la main. Elle essaye d'en enlever un peu, mais il faut une pince à épiler. J'ai la chance de n'avoir jamais touché cette plante, il paraît que ça fait super mal!

Jour 2 (9)

Jour 2 (10)

Nous voilà ENFIN au PC1. On a fait 6Km... il en reste 20...

Meryl se fait soigner. Je rempli mon camelback en vue de la prochaine étape que je présage trèèèèèèès longue. Je mange. Je textote Mr Triton pour lui dire où nous sommes. Perrine, et nos familles doivent nous rejoindre au PC2.

J'ai froid, je me mets au soleil.

Mais il fait quoi là????? Il lui greffe une autre main ou quoi???? Ca prend un temps fou!

Jour 2 (11)

J'ai froid (je l'ai déjà dis non?) Mes cuisses se refroidissent, le moindre pas redevient douloureux. Ma gorge me fait à nouveau mal. Je me demande comment je vais pourvoir monter et descendre la prochaine bosse. Je me demande pourquoi je suis repartie ce matin. Je me demande ce que je fous là. Je me pose trop de questions quoi! Je vois les équipes qui passent le ravito. J'entends les bénévoles dirent qu'il ne reste plus que quelques équipes derrière. J'apprends qu'on a mis 1H30 à faire 6Km.

Meryl me rejoint, la mine défaite. Elle me dit qu'elle veut abandonner. Je n'ai pas la force de la contredire, de tenter de la convaincre de continuer. Moi aussi c'est ce que je veux, je n'osais juste pas le formuler. Ca me paraît tellement raisonnable comme décision! Je me sens déjà complètement HS alors comment imaginer faire 20Km avec encore 800 ou 900mD+?

Alors certains diront peut-être qu'on a pas été assez batantes, qu'on a pas le moral pour ce genre d'épreuve, ect... Mais j'avoue sans honte ne pas faire partie de ces coureurs maso qui vont risquer la blessure juste pour passer une ligne d'arrivée. J'espère courir encore des années et des années, alors si je ne prends pas de plaisir sur une course je ne vois pas l'intéret de continuer. Autant j'ai très très mal vécu le fait de me faire arrêter à la barrière horaire à Millau, autant là je n'arrive même pas à regretter cet abandon. Ce n'était pas la course de l'année pour moi,je n'étais pas préparée pour une telle épreuve. Je suis déjà étonnée d'être arrivée au bout du 1er jour. Voilà, j'ai eu ma dose! Là je sais que je ne vais pas réussir à courir aujourd'hui, je suis trop mal. Et la rando ça ne m'intéresse pas! Je veux courir moi!

Evidemment quelques larmes ont coulé quand j'ai appelé Mr Triton pour lui annoncer qu'on arrêtait là. Qu'ils n'avaient pas besoin de monter au PC2. J'étais déçue pour mes enfants qui aiment tant me voir sur les courses. Mais ils auront d'autres occasions!

Meryl aussi verse quelques larmes quand le bénévole annonce au talkie "abandon de l'équipe 127". Voilà c'est officiel!

On rentre au PC course en pickup, j'ai même du mal à monter dedans.

 C'est avec les larmes aux yeux que je rejoins notre troupe. J'ai un peu honte quand même, on aurait dû aller au bout pour Perrine.

On va se changer, manger. On boit une bière (juste quelques gorgées pour moi, ça ne passe pas. Suis je vraiment bretonne???)

On discute avec les concurrents qui arrivent. Un des bretons, justement, nous dis que la 2ème montée était vraiment très très difficile, que sans bâton c'était presque mission impossible. On a pas de bâton! Ca me conforte dans l'idée qu'on a pris la bonne décision.

On démonte les tentes. Dans notre bilan du week-end, on s'accorde tous à dire qu'on a passé un super moment, qu'on a fait de belles rencontres. Et que surtout faut qu'on se fasse une bouffe tous ensemble hein!

On échange quelques mots avec la gagnante de cette édition. P'tite photo souvenir.

C'est l'heure de rentrer à la maison.

13615364_10208757785373296_2232106893884065661_n

J'ai trop une sale tête!

Arrivée à la maison, je ne suis vraiment pas bien, gros mal de gorge, fièvre. L'avantage avec le dolipranne contre la fièvre c'est que je ne sens pas les courbatures!

Positive attitude!